Wolne Lektury potrzebują pomocy...



Na stałe wspiera nas 363 czytelników i czytelniczek.

Niestety, minimalną stabilność działania uzyskamy dopiero przy 1000 regularnych darczyńców. Potrzebujemy Twojej pomocy!

Tak, dorzucę się do Wolnych Lektur!
Tym razem nie pomogę, przechodzę prosto do biblioteki
Znajdź nasze audiobooki na YouTube

Audiobooki Wolnych lektur znajdziesz na naszym kanale na YouTube. Włącz subskrypcję, by nie przegapić nowych audiobooków!
Kliknij, by subskrybować

x
Thrène XVII → ← Thrène XV

Spis treści

      je le voi > je le voix

      Jan KochanowskiThrènesThrène XVItłum. Wacław Gasztowtt

      Je cède au mal, je cède à la nature.
      Le corps brisé par ma longue torture,
      Je ne puis plus ni chanter ni gémir
      Mieux vaut mourir!
      Suis-je vivant ou quelque horrible songe.
      S'élance-t-il de mon cerveau qu'il ronge,
      Pour décevoir mon esprit et mon cœur
      De son erreur?
      Sottise humaine, orgueilleuse folie!
      Dans ses pensers comme l'homme s'oublie
      Quand rien ne vient rabattre son orgueil,
      Malheur ni deuil.
      La pauvreté nous plaît dans la richesse.
      Dans le plaisir nous bravons la tristesse;
      Chacun de nous, tant qu'il est jeune et fort,
      Rit de la mort.
      Mais quand survient le deuil ou la misère,
      Parler est un, vivre est une autre affaire;
      Et quand la mort frappe notre regard,
      Il est trop tard.
      Ô Cicéron, pourquoi lorsqu'on t'exile
      Verser des pleurs? que t'importe une ville?
      Notre patrie est le monde, as-tu dit,
      Sublime esprit!
      Ta fille est morte; et pourquoi donc te plaindre.
      Le déshonneur n'est-il plus seul à craindre?
      Ne faut-il plus accepter le malheur
      La joie au cœur?
      La mort, dis-tu, ne fait peur qu'à l'impie.
      Et pourquoi donc défendis-tu ta vie,
      Quand on voulut pour un mordant discours
      Trancher tes jours?
      Console-toi, puisque tu nous consoles.
      Tu ne fus donc sage aussi qu'en paroles,
      Parleur divin? Tu souffres, je le voix,
      Autant que moi.
      L'homme est de chair: seule la destinée
      Rend notre vie ou triste ou fortunée.
      Ô sort maudit! Mais c'est se torturer
      Que de pleurer!
      Temps, de l'oubli loi qu'on nomme le père,
      Ce que n'ont pu ni raison ni prière,
      Calme mon deuil et chasse ma douleur
      Loin de mon cœur.
      Close
      Please wait...