TPWL

Wolne Lektury potrzebują pomocy! Wesprzyj bezpłatną bibliotekę internetową i przeczytaj utwory napisane specjalnie dla Ciebie.

x

Spis treści

      Jan KochanowskiThrènesThrène XVtłum. Wacław Gasztowtt

      1

      Ô toi, blonde Erato, toi, lyre enchanteresse,

      Qui des cœurs déchirés consolez la détresse,

      Apaisez un instant mon esprit affligé,

      Tant qu'en un froid rocher je ne suis pas changé,

      5

      Versant des pleurs de sang à travers cette pierre

      Au cruel souvenir de ma douleur de père.

      Est-ce erreur? ou l'aspect des souffrances d'autrui

      Nous laisse-t-il plus froids que notre propre ennui?

      Ô mère malheureuse (en effet qui s'abuse

      10

      Soi-même, c'est toujours le malheur qu'il accuse),

      Tes filles et tes fils que sont-ils devenus?

      Qu'as-tu fait de ta joie? Hélas! je ne vois plus

      Que deux fois sept tombeaux; et toi, désespérée,

      Tu voudrais de ta vie abréger la durée;

      15

      Tu presses de tes bras ces marbres, sous lesquels

      Ta main de tes enfants mit les restes mortels.

      Telles gisent les fleurs que la faux a tranchées,

      Ou qu'au milieu des champs la tempête a couchées.

      Quel espoir te fait vivre? et qu'attends-tu du sort?

      20

      Que ne fuis-tu plutôt ta douleur par la mort?

      Que fait ton arc? que fait ta flèche vengeresse?

      Ô Phœbus! et toi frappe, ô cruelle déesse!

      Par courroux pour son crime, ou sinon par pitié,

      Achevez Niobé, qui ne vit qu'à moitié.

      25

      Un nouveau châtiment a sa faute expiée:

      Elle s'est en pleurant ses morts… pétrifiée.

      Sur le Sipyle elle est debout, marbre éternel;

      Mais sous la pierre vit son désespoir cruel.

      Ses larmes de douleur transperçant la montagne

      30

      En limpide ruisseau tombent dans la campagne;

      L'oiseau, le fauve y boit: elle est là s'élevant

      À l'angle du rocher, triste jouet du vent.

      Ô sépulcre vivant, ô mort sans sépulture!

      Toi-même es ton cercueil, vivante est ta blessure!

      Close
      Please wait...